• « La solution la plus juste serait de rejouer le match » : Henry fait des pieds et des mains pour redorer son blason...

     

    « La main de Thierry Henry ». Enfin un sujet qui préoccupe les français. Sûrement plus d’ailleurs qu’un quelconque débat sur l’identité nationale ou sur la réforme de la taxe professionnelle.

    L’affaire remonte au fameux France-Irlande du 18 novembre dernier où Thierry Henry, avec l’aide de sa main gauche, délivre une passe décisive pour Gallas qui envoie ainsi la France à la coupe du monde en Afrique du Sud. Face à l’importance de ce match décisif pour l’avenir des deux équipes dans la compétition, l’affaire a immédiatement pris une ampleur particulière, et sous de nombreux aspects démesurée. Une heure après le coup de sifflet final, un groupe Facebook intitulé « La main de Thierry Henry » recensait déjà près de 5 000 membres- il en compte aujourd’hui plus de 100 000. Un site internet a spécialement été créé, ainsi que de multiples jeux en ligne. La plupart des quotidiens sportifs européens se sont également empressés de titrer sur le geste de Thierry Henry, et le sujet est devenu incontournable sur les plateaux télé et à la radio.

    Mais ce buzz ne s’est pas limité à quelques unes et à quelques jeux sur le net, il a pris une tournure toute particulière lorsque les instances politiques se sont à leur tour emparées de l’affaire. Ainsi Nicolas Sarkozy, François Fillon, Christine Lagarde ou encore Rama Yade se sont entre autres exprimés sur la question. Si l’on exclue la secrétaire d’Etat aux sports dont c’est précisément le métier, il convient de s’interroger sur la pertinence des prises de position de la ministre de l’économie et des finances qui préconise de rejouer le match. Nicolas Sarkozy et François Fillon préférant quant à eux botter en touche en assurant que le gouvernement n’a pas à intervenir dans le débat et qu’il revient à la FIFA de prendre les décisions qu’il convient. Ce qui les arrange évidemment. Mais « l’affaire de la main de Thierry Henry » a encore pris une nouvelle dimension lorsque l’ancien ministre irlandais de la justice et député européen Pat the Cope Gallagher, a annoncé vendredi son intention de porter cette affaire devant le Parlement européen. L’Europe comme relais des revendications footballistiques irlandaises ? Voila sûrement de quoi réconcilier les irlandais avec l’Europe…

    Quoi qu’il en soit, ce qui paraît finalement le plus désolant dans cette histoire, c’est que cette surenchère politico-médiatique contribue à faire enfler une polémique digne d’une querelle de cour d’école. Si, il est vrai, l’enjeu était important, il ne s’agit que d’un geste dans le cours du jeu, comme on en voit tant dans les championnats nationaux. Et comme l’a expliqué l’inspiré Laurent Blanc, ce n’est qu’un fait de jeu, cette fois en faveur de la France, mais qui demain pourrait lui être défavorable. Si l’on a intégré cela, comment comprendre alors ceux qui défendent le fait que le match devrait être rejoué eut égard à son importance? Est-ce à dire qu’il devrait y avoir un traitement particulier des matchs capitaux ? Qu’à chaque geste litigieux dans ce type de rencontre le match devrait être rejoué ? Ca ne paraît pas raisonnable.

     

    Entendons nous tout de même sur le fait qu’il ne s’agit pas ici de défendre, dans un accès de patriotisme mal placé, une équipe de France dont la prestation a été plus que moyenne. Il n’est pas non plus question de disserter sur le fait de savoir si l’équipe de France mérite ou non d’aller à la coupe du monde, tant la notion de « mérite » est chargée de subjectivisme. Il faut plutôt aborder la question de manière exclusivement sportive et faire preuve d’une rationalité qui fait semble-il cruellement défaut à bon nombre de commentateurs autoproclamés.  

    Mais il reste tout de même à noter le culot de Thierry Henry qui, vendredi après midi, a expliqué dans un communiqué que « la solution la plus juste serait de rejouer le match », alors que le matin même, la FIFA avait pris sa décision : le match ne serait pas rejoué… Belle leçon d’hypocrisie.

    Alors quels enseignements tirer de ce pseudo-débat? Qu’il faut sérieusement se pencher sur l’instauration prochaine d’un arbitrage vidéo sous de nombreux aspects inapplicable ? Ou alors comprendre tout simplement que le football est un sport pratiqué avant tout par des humains, et que les arbitres n’échappent pas à la règle. Les erreurs d’arbitrage font partie du jeu. Ne pas comprendre ça, c’est passer à côté du football…

     

    Victor M.

    Télécharger l'article ici

     


    Tags Tags : , , , ,